Wednesday, December 24, 2003

La créativité de Caboche

Voici un texte trouvé dans le livre de Mathématique de mon garçon alors qu'il était en 2ièm année du primaire.

Comme quoi la réponse la plus évidente à un problème est peut-être bonne, mais peut-être pas la seule non plus!

C'est la récitation du vendredi. M. Mansa interroge ses élèves:

  • Parmi les nombres suivants, lequel n'appartient pas à la série?
  • 2, 4, 5, 6, 8

Tous les élèves trouvent la bonne réponse, sauf Caboche. C'est le 5, c'est évident!

Sauf Caboche, qui dis "J'y ai pensé, mais je préfère le 4 parce que..."

Mécontent, M. Mensa prive Caboche de récréation. Il lui demande de produire un texte sur le thème "J'aurais dû choisir le 5"

"Au début j'ai pensé au 5, parce qu'il est le seul nombre impair. Mais pourquoi pas le 8? C'est le seul dont le tracé est un ligne complètement fermée.

Pour moi, la meilleure réponse à un problème, c'est souvent la deuxième trouvée. Elle montre qu'on est capable de créativité.

J'ai ensuite pensé au 2, en le remplaçant par 7, on aurait une jolie suite 4,5,6,7,8...

J'avais beau regarder le 6, rien ne venait. Je l'ai tourné et retourné dans ma tête, puis... Euréka! En retournant le 6 on obtient un chiffre différent. Rien de tel avec les autres.

Finalement, j'ai considéré le 4. Le 4 est le seul chiffre tracé avec 2 traits. Il est le seul qui ne présente aucune courbe. Il est carré. Les autres non. C'est aussi mon chiffre préféré: le 4 avril (c'est le 4ièm mois) est le jour de ma fête. Pour tout cela, j'ai choisi le 4.

Je crois maintenant que j'aurais dû choisir le 5, comme tout le monde. Après tout, c'est le seul qui ne peut être additionné à l'un des autres pour faire 10: 4+6=10, 2+8=10...

D'accord, je prends le 5!"

Ref. "Défi mathématique, 1er cycle, #2", Cheneliere/McGraw-Hill, Michel & Robert Lyons.

Post a Comment